Ce qu’il faut savoir sur les labels bio

Que sait-on véritablement des labels bio ? Pour ma part, je faisais confiance les yeux fermés au label le plus répandu : le label AB. Quelle surprise de constater que ce label autorise une marge d’OGM …

Depuis le 1er juillet 2010, les producteurs bio doivent afficher le nouveau logo européen à côté de leur label. Il ne remplace pas le logo du label.

Les engagements de ce label sont les suivants :

  • Garantie sans pesticides chimiques
  • Sans pesticides après récoltes
  • Une alimentation sans pesticides chimiques et majoritairement composée de céréales. Cette alimentation peut ne pas être produite sur place, et peut provenir d’autres exploitations biologiques de la région.
  • Une interdiction de traces d’OGM au-delà des 0,9% admis en cas de contamination fortuite.
  • Un recours limité aux traitements vétérinaires et aux médicaments. Par exemple, les poules pondeuses peuvent bénéficier d’un traitement de trois traitements antibiotiques par an, les poulets de chair, un seul.
  • Le bien-être des animaux garantie par un espace minimal et un accès au plein air.

Le nouveau règlement autorise la mixité : une même exploitation peut produire du bio et du non bio.

Ce sont des organismes indépendants ( Aclave, Agrocert, Ecocert, …) qui contrôlent une fois par an les exploitations et qui attribuent ce label européen.

 

 

Le logo AB

Il date de 1985 et appartient au ministère de l’agriculture. Il est attribué aux producteurs qui en font la demande, après un passage en commission .

Ce label s’est assoupli depuis que les gouvernements ne peuvent plus imposer des exigences plus forte que l’Europe. Le cahier des charges français a donc été remplacé par le nouveau label bio européen.

Le logo AB doit maintenant cohabiter avec le logo européen. Sauf pour des stocks a écouler et certaines catégories de produits alimentaires pas encore régis par le label, comme les escargots, les autruches, les lapins, les aliments pour animaux de compagnie.

Les engagements sont donc le mêmes que ceux du logo européen ( voir liste ci-dessus )

Le label AB est une propriété exclusive du ministère de l’agriculture et de la forêt. C’est celui qui est le plus développé en France. C’est aussi le seul à bénéficier aux aides de la PAC européenne.

Site : www.agencebio.org/la-marque-ab

 

 

Bio cohérence

Non contents de ces nouvelles mesures européennes, des exploitants ont décidés de créer leur propre label : Bio cohérence .

Leur cahier des charges rappel celui de l’ancien règlement français. Les fondateurs de ce label revendiquent le fait que ce nouveau label s’éloigne de l’esprit biologique de l’ancien label AB.

Les engagements sont les suivants , en plus de ceux des critères européens :

  • Pas de coexistence bio-non bio.
  • Au moins 50% des aliments pour animaux doivent être produits sur l’exploitation, 80% pour les herbivores.
  • Interdiction totale de traces OGM
  • Il faut 100% d’ingrédients bio pour les produits transformés.
  • Les traitements vétérinaires autorisés sont plus restreints qu’avec le label européens.
  • Respect d’un revenu équitable pour le producteur.

Ce label est certifier par des organismes certificateurs extérieurs ( Ecocert, Qualité France, … )

Les produits Bio Cohérence se trouvent en vente direct : sans intermédiaire entre le producteur et le consommateur ( à la ferme, sur les marchés, en panier …) et dans les réseaux spécialisés de magasins bio ayant des pratiques commerciales respectueuses des producteurs et des consommateurs.

Site : www.biocoherence.fr

 

 

Nature et progrès

Nature et progrès propose des exigences précises et supérieures dans un grand nombre de secteurs agricoles à celle de la réglementation.

Ce label offre deux tiers des produits portant également le label européen. Le tiers restant n’étant pas passé par une certification européenne.

Les engagements de ce label sont :

  • Une conversion totale de l’exploitation bio.
  • Une alimentation 100% en priorité sous mention Nature & Progrès.
  • L’interdiction totale des OGM.
  • Pas de ferme Nature & Progrès à moins de 500 m de grandes voies routières ou en aval d’exploitations agricoles polluantes ; un aménagement du domaine afin de préserver les ressources collectives ( nappes phréatiques, etc…)

Le label Nature & Progrès certifie par lui même ce label. Des membres de l’association ( producteurs ou consommateurs ) constituent chaque année un groupe ( composées de différentes personnes d’une année sur l’autre ) et contrôlent les exploitations.

Site : www.natureetprogres.org

 

 

Demeter et Biodyn

Ce label s’inspire des réflexions de Rudolph Steiner. L’idée fondamentale est que l’activité d’une ferme sera d’autant plus productive et équilibrée qu’elle sait profiter des énergies qui imprègnent ce lieu.

Son cahier des charges se repose sur celui européen, mais demande aux producteurs de respecter un nombre de principes supplémentaires.

Les engagements spécifiques sont :

  • L’utilisation de préparations naturelles spécifiques destinées à préparer la terre.
  • Un appui sur les flux énergétiques du sol et des astres.
  • La limitation de la taille des exploitations
  • Le réutilisation maximale des sous-produits de l’activité ( déchets végétaux et animaux ).

La première année l’association se charge de contrôler les producteurs qui souhaitent se convertir à la biodynamie. Les années suivantes, des certificateurs officiels ( Ecocert et qualité France ) contrôlent sur la base des cahiers des charges du label européen et celui de Demeter au cours de la même visite.

Retrouvez les produits Demeter sur la carte de leur site : www.demeter.fr/pres-de-chez-vous

 

 

Equitable Ecocert

Le logo Equitable Ecocert garantie une conformité de produits au cahier des charges Equitable, Solidaire et Responsable (ESR ), élaboré et contrôlé par le groupe Ecocert.

Le principe : un acheteur du nord s’engage à acquérir après d’un groupe de producteurs du Sud certaines quantité de produits à un prix maximal garantie.

  • Les engagements du label Equitable Ecocert sont :
  • Les produits ESR doivent tous être porteurs du label bio européen.
  • Tous les produits doivent être réalisés de façon équitable : respect des travailleurs, rémunération juste, interdiction de faire travailler les enfants, etc …Le cahier de charges prévoit la mise en place d’un fond social et l’accompagnement des producteurs, l’établissement de relation de confiance et de longue durée , la possibilité d’un préfinancement des récoltes, etc …
  • Le cahier de charges fixe des règles pour limiter l’emballage et le transport jusqu’au consommateur final.

Sur les étiquettes, deux mentions peuvent apparaître :

« produits alimentaires équitables ESR » : 95% au moins des ingrédients ou matières premières sont issues des filières ESR.

«  produits alimentaires contenant des ingrédients équitables ESR » : 25% d’ ingrédients ou matières premières sont issues des filières ESR.

Les certifications de ce label sont faites par l’ESR.

Site : www.ecocert.com

 

 

Bio Equitable et bio Solidaire

Association fondée en 2002 par plusieurs entreprises travaillant dans l’importation et la transformation de matières premières venues du Sud ( argan, coton, gingembre, quinoa, … )

L’association s’est depuis diversifiée dans le commerce Nord-Nord.

Les deux labels renvoient renvoient respectivement aux deux activités : bio Equitable dans le Sud et bio solidaire pour le Nord.

Cette association a pour principe de soutenir les petits producteurs pour qu’ils renforcent leur capacité d’action collective et qu’ils puissent vivre décemment de leur production.

Leurs engagements sont :

  • Conformité au règlement bio européen.
  • Contractualisation de la relation entre opérateurs et producteurs.
  • Un prix minimum garanti d’achat aux producteurs locaux.
  • Respect des droits élémentaires et fondamentaux de la personne.
  • Développement d’une agriculture durable et maintien du tissu local.

Elle est certifiée par Ecocert.

Source : 60 millions de consommateurs

Les produits bio solidaires sont actuellement livrés sous forme de panier dans quelques villes : Angers, Cholet, Nantes, Poitiers, Le Mans. L’association projette d’ajouter prochainement d’autre lieux.

Site : www.lespaniersbiosolidaires.fr

Ma conclusion est que le vrai bio n’est encore aujourd’hui pas accessible à tout le monde, malheureusement. Il peut être intéressant de discuter avec des maraîchers afin de savoir quel est leur mode de culture.

Voilà de  quoi faire le tri !

Post Author: Aurélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *